" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de zapi

Le blog de zapi

Je partage avec vous des images, gifs, cartes, blagues, ma passion des chats, quelques petits dessins...Il y a beaucoup de rubriques pour tous et toutes !

Publié le par zapi
Publié dans : #Humeurs

C'est devenu une mauvaise habitude : le gouvernement a présenté, le 28 septembre, de nouvelles mesures d'économies qui vont peser lourd sur le budget des malades. Ce plan parviendra tout juste à contenir le déficit de l'assurance maladie à -11,6 milliards d'euros en 2011 en réalisant un total de 2,4 milliards d'euros d'économies.

"La situation économique impacte encore fortement les comptes du régime général de l'assurance maladie", a fait valoir le ministre du Budget, François Baroin, lors de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2011.

Des "rustines" qui ne permettent pas de réduire le déficit

"Ces mesures ne sont que des rustines", a réagi le 28 septembre, au micro de France Info, le Dr Jean-Martin Cohen Solal, directeur général de la Mutualité Française. "Elles ne permettent que de contenir le déficit de l'assurance maladie mais pas de le réduire." Principale mesure pour les assurés sociaux : le remboursement par la Sécurité sociale des médicaments à vignette bleue va passer de 35% à 30% en 2011. Plus d'un millier de médicaments sont concernés par cette baisse de prise en charge, comme par exemple le Spasfon ®, le Smecta® ou la Biseptine®. Il s'agit des produits dont le service médical rendu est modéré. La prise en charge des vignettes bleues par les complémentaires santé va mécaniquement passer de 65% à 70%.

Cette décision va reporter sur les ménages et leurs complémentaires environ 110 millions d'euros, selon les estimations de la Mutualité Française.

 

Baisse de la prise en charge des dispositifs médicaux

Autre mesure d'économie : le taux de prise en charge des dispositifs médicaux va passer de 65% à 60% en 2011. Ces dispositifs regroupent les instruments, appareils ou équipements qui ne sont pas des médicaments comme les pansements, les cathéters, les attelles ou encore les valves cardiaques. Pour la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, les dispositifs médicaux représentent "un secteur de consommation qui enregistre chaque année une dynamique de dépenses très élevées". La baisse de leur prise en charge devrait entraîner une économie de 100 millions d'euros pour la Sécu.

Le gouvernement a également annoncé la hausse du seuil de la contribution de 18 euros que les patients paient pour tout acte médical pratiqué à l'hôpital ou en médecine de ville. Jusqu'à présent, ils acquittaient 20% de ticket modérateur sur toute facture ne dépassant pas 91 euros. Au-delà de cette somme, un forfait de 18 euros était appliqué pour limiter leur reste à charge. En 2011, le seuil passe de 91 euros à 120 euros, ce qui alourdira la participation des malades.

Pour un financement durable de l'assurance maladie obligatoire

Pour la Mutualité Française, ces mesures ne résoudront en rien les problèmes de notre système d'assurance maladie : "Malgré ce plan d'économies, le déficit de l'assurance maladie obligatoire sera de près de 12 milliards d'euros en 2011, soit l'équivalent du déficit de cette année", a regretté le président de la Mutualité Française, Jean-Pierre Davant, lors des journées de rentrée du mouvement mutualiste qui se sont tenues les 23 et 24 septembre, à Biarritz.

La Mutualité Française entend bâtir des propositions durables pour le financement de l'assurance maladie obligatoire. "En matière de financement, détaille Jean-Pierre Davant, notre système de santé est trop soumis aux fluctuations économiques internationales. En temps de crise, les recettes baissent et le déficit se creuse. On ne peut plus continuer comme ça !" La défense de notre système de protection sociale doit "être au cœur des prochaines élections présidentielles". Jean-Pierre Davant invite les syndicats de salariés et les associations de patients à se joindre au mouvement mutualiste pour "défendre notre vision du système de santé".

Source : Philippe Rémond (Mutualité française, septembre 2010)

En savoir plus :

Les autres mesures du projet de loi de financement de la Sécu pour 2011

Outre la baisse de remboursement des médicaments, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2011 prévoit une série de mesures :

  • - Hausse du tarif de consultation des médecins généralistes, qui passera l'an prochain de 22 à 23 euros. Cela représente une dépense supplémentaire de 260 millions d'euros pour l'assurance maladie obligatoire. Cette mesure se répercutera aussi sur les familles et leur complémentaire, via le ticket modérateur qui reste à la charge du malade.

  • - Mise en place d'un forfait médicalisé pour les bandelettes servant à l'autocontrôle de la glycémie pour les malades diabétiques non-insulinodépendants (diabète de type 2). Ce forfait prévoit le remboursement de deux à trois bandelettes par semaine seulement par patient pour une économie de 35 millions d'euros.

  • - Sortie de certains malades du dispositif de prise en charge en affection de longue durée (ALD). Cette mesure concerne les personnes qui souffrent d'une hypertension artérielle isolée. Cette affection est un facteur de risque comme l'obésité ou l'excès de cholestérol. Pour les pouvoirs publics, elle ne justifie donc pas une prise en charge à 100% par la collectivité mais des mesures de prévention comme l'éducation thérapeutique. Cette décision fera économiser 20 millions d'euros à la Sécurité sociale.

  • - Augmentation du plafond de l'aide à la complémentaire santé (ACS). Actuellement, il est fixé en métropole à 624 euros par mois pour une personne seule. Il passera à 744 euros en 2011 pour atteindre les 810 euros en 2012. Cette disposition devrait permettre de couvrir potentiellement 80.000 personnes supplémentaires. Aujourd'hui, plus de 515.000 personnes utilisent cette aide. Coût de cette mesure : 23 millions d'euros en 2011.

  • - Diminution du prix de certains produits de santé comme les médicaments et les dispositifs médicaux. Economie attendue pour la Sécu : 500 millions d'euros.

  • - Baisse de tarifs sur la biologie et la radiologie qui doit permettre d'économiser 200 millions d'euros.

Ghislaine Trabacchi

Commenter cet article

P


je passe te faire un bisou je ne discuterais pas sur la sécu il y aurait trop a dire



Répondre
Z


C'est clair...Bisous



F


Où s'arrêteront-ils avant de nous voir peter un plomb?


Amitiés, Flo



Répondre
Z


Je ne sais pas...


Je suis allée chez le médecin ce matin car j'ai une infection orl, j'ai ENCORE des antibiotiques, mais elle m'a prescrit aussi des trucs qui ne sont plus remboursés...Pourtant elle les estime
nécéssaires, cherchez l'erreur...



R


Je te souhaite un bon samedi Zapounette !!!!!!!


Et aujourd'hui je te recommande le film "Elle s'appelait Sarah"


L'histoire


Paris, de nos jours. Julia Jarmond, journaliste américaine installée en France depuis 20 ans, enquête sur l'épisode douloureux du Vel d'Hiv. En remontant les faits, son chemin croise celui de
Sarah, une petite fille une fillette qui avait 10 ans en juillet 1942.


Ce qui n'était que le sujet d'un article devient alors, pour Julia, un enjeu personnel, dévoilant un mystère familial. Comment deux destins, à 60 ans de distance, vont ils se mêler pour révéler
un secret qui bouleversera à jamais la vie de Julia et de ses proches ? La vérité issue du passé a parfois un prix dans le présent...


 



Bonne journée !!!!!



Bisoussssssssssssssssss + *****



Répondre
Z


Merci, bisoussssssssssss



J


Sous le Gouvernement de V. G. D'ESTAING l'ACOSS (Agence Centrale des Organisme de Sécurité Sociale = Maladie, Vieillesse et Caisse Allocations Familiales) a été créée pour gérer les organismes
sociaux sous la présidence de F. MITTERRAND les 400 fonctionnaires sont devenus 4000 HAUTS FONCTIONNAIRES gagnant en moyenne 12500 € par mois : voila le trou de la Sécu. N'êtes vous pas révoltés
en lisant ceci ??? Perso j'ai bondi quand je l'ai appris. La prochaine hausse des mutuelle compromet fortement mes chance de pouvoir en avoir une donc va compromettre encore plus la possibilité
de me faire soigner !!! Mon cas n'est pas unique malheureusement, et même si les mouvements en cours sont important, il faut qu'il le devienne plus encore pour que nous ne perdions pas nos acquis
sociaux très fortement compromis !!! 


Bonsoir Zapi et bon couraage !!!



Répondre
Z


Il y a toujours quelques uns qui abusent et foutent tout le système en l'air...Si certains hauts fonctionnaires,
ministres etc pouvaient réduire leur train de vie ça ferait des économies aussi pour l'état et donc nous...



J


Trés bien, qu'ils continuent comme ça, plus vite ils feront les conneries, plus vite ça pètera!!!!!



Répondre
Z


ça pète un peu là...



J


Ben c'est super, quand les gens ne pourront plus se soigner,  faute d'argent, pour des malaises moyens, et qu'ils tomberont gravement malades, ou qu'il iront trop tard chez le médecin, et
que quand ils y arriveront quand même, ce sera alors trés grave, là, ces mêmes personnes qu'on aurait pu soigner avant, couteront trés trés cher à la sécu, parce qu'il faudra les hospitaliser,
donner des traitements qui coutent trés trés cher, et leur payer des indamnités maladie parce qu'ils devront s'arréter  plus longtemps!Alors où est l'intéret?????C'est complètement
.....débile! 



Répondre
Z


J'ai entendu ce matin qu'un rapport préconise de demander une participation aux malades de longue durée ( comme si on y pouvait quelque chose, on a déjà moins d'argent car on ne peux souvent plus
travailler, en plus on donne déjà souvent le maximum des franchises soit 100 euros par an ), de dérembourser encore plus de médicaments et plein d'autres bonnes nouvelles comme ça...



Articles récents

Hébergé par Overblog