" />
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de zapi

Le blog de zapi

Je partage avec vous des images, gifs, cartes, blagues, ma passion des chats, quelques petits dessins...Il y a beaucoup de rubriques pour tous et toutes !

Publié le par zapi
Publié dans : #polyarthrite - myasthénie

La Polyarthrite rhumatoïde, maladie auto-immune fréquente, provoque, en l’absence de soins, la destruction des articulations (cartilage, os, tendons et ligaments). On retrouve chez les personnes atteintes, les caractéristiques des maladies auto immunes : la présence d’auto anticorps (facteurs rhumatoïdes, anti-filagrine) sans raison apparente.

Les traitements actuels de la PR tentent de réduire ou de bloquer la réaction inflammatoire avant qu’elle n’ait atteint son but : la destruction de l’articulation. Les traitements classiques tentent de réduire les conséquences de l’inflammation et de la contenir.
Les nouveaux traitements (biothérapies) apparus ces dernières années et associés à ceux déjà existants, interviennent à différents niveaux de la cascade inflammatoire. Certains, prochainement à la disposition des médecins et des malades, pourraient agir très en amont, empêchant la chaîne des réactions, et au final, permettre une rémission plus ou moins durable dans le temps.

D’importantes recherches portent sur les mécanismes de cette réaction inflammatoire afin de trouver des moyens de la stopper

- Le premier stade de la réaction inflammatoire met en jeu un mécanisme vasculaire, qui est déclenché par la libération de substances dans la membrane synoviale. Une de ces substances provoque la dilatation de tout petits vaisseaux de la membrane et l’augmentation de l’afflux sanguin. C’est ce qui se traduit par la rougeur et la chaleur autour de l’articulation. Cette dilatation est également responsable du gonflement des tissus et de la compression/étirement des nerfs qui provoquent la douleur.

- Le deuxième stade de la réaction inflammatoire concerne le mécanisme cellulaire. Plusieurs types de cellules vont se déplacer vers la membrane synoviale pour attaquer les cellules de l’articulation considérées comme un agresseur. Parmi ces cellules, il y a des globules blancs et les lymphocytes qui vont s’organiser pour éliminer « l’ennemi ». Les lymphocytes communiquent entre eux par le biais de substances appelées cytokines (comme l’Interleukine-1 et le TNF alpha).

- Enfin, la dilatation des petits vaisseaux d’une part et l’arrivée de cellules dans la membrane synoviale, d’autre part, sont responsables de l’accumulation de substances chimiques : les protéines de l’inflammation qui constituent le mécanisme chimique de la réaction inflammatoire.

L’ensemble de ces mécanismes modifie la membrane synoviale qui s’épaissit et forme le panus qui prolifère, détruit le cartilage puis l’os. Il attaque également le tendon.

Le développement de la recherche dans la Polyarthrite rhumatoïde reste essentiel. Dans la PR, l’évolution  de l’érosion articulaire peut être rapide, modérée ou lente mais l’objectif primordial des recherches et des traitements, est d’empêcher la destruction articulaire car on ne peut pas greffer d’articulation et la chirurgie de remplacement est lourde et limitée.

Dépister les personnes susceptibles d’être atteintes d’une Polyarthrite rhumatoïde, mettre au point des gènes médicaments capables de « contrarier » la prédisposition génétique ou capables d’empêcher la réaction inflammatoire ou encore développer de nouveaux médicaments, du type biothérapies pour stopper très tôt l’inflammation (donc l’érosion) et permettre la rémission durable de la maladie, tels sont les enjeux d’aujourd’hui et de demain.

La « guérison » de la PR peut prendre de multiples visages, certains axes de recherche sont prometteurs mais personne ne peut dire actuellement d’où viendront les solutions d’une guérison et quand.
Mais déjà, la recherche permet d’entrevoir de nouvelles hypothèses de travail :
- pour mieux comprendre le réseau des mécanismes du système immunitaire et peut être pouvoir regrouper des familles de maladies auto-immunes ;
- pour trouver les moyens d’agir sur ces maladies.

 

Source AFPric : link

Commenter cet article

S


Merci Zapi pour les infos, tu es très gentille 


Pour l'instant j'ai un suivi avec mon docteur de famille.


Je prends du plaquenil contre la polyarthrite, de la


morphine + codéine contre la douleur et


du lyrica comme relaxant musculaire.


Je fais aussi beaucoup d'arthrose dans tout mon corps


j'ai aussi toutes sortes d'autres problèmes.


Depuis que je prends ces médicaments, les crises d'arthrite


sont moins fréquentes et moins intenses et j'arrive


à remarcher. Il y a 4 ans, quand j'ai fait ma première


grosse poussée d'arthrite, mes jambes ont paralysées


et je ne marchais presque plus.


Les douleurs et les inconvénients, tu connais toi aussi,


alors je n'ai pas à t'expliquer. Le plus difficile


est souvent de répondre aux questions de mon entourage


qui croient souvent que je fais semblant.


Je prends une journée à la fois et je n'essaie plus


de combattre la maladie, mais j'apprends à vivre avec.


La découverte de ton blog est une dénédiction 


Merci de m'avoir accepté dans ta communauté.


Je te souhaite une bonne journée.


Amitiés du Canada


 






Répondre
S


Bonjour Zapi !


Je suis arrivée sur ton blog en cherchant autre chose,


mais j'en suis très heureuse car je souffre aussi


de polyarthrite rhumatoïde et je ne connais


personne avec qui partager qui peut comprendre


parfaitement ce que je ressens.


J'habite au Québec ( Canada ) et je n'ai jamais


entendu parler de ces recherches dont tu parles.


Ce serait vraiment super si c'était accessible et efficace.


Mon docteur de famille m'a fait voir un rhumatologue


une seule fois et depuis j'ai des médicamments, mais aucun suivi


sérieux avec un spécialiste.


Je compte bien faire des pressions à mon docteur pour


avoir ce suivi indispensable.


Au Québec, nous manquons de docteurs et


dans la région où j'habite, il y a un rhumatologue


qui vient seulement une fois tous les trois mois.


Alors tu peux imaginer le nombre de patients


qu'il doit voir à chaque visite 


Pas facile, mais avec les médicaments


c'est maintenant plus supportable.


Pardon pour la longueur de mon commentaire.


Bravo pour ce blog, tu fais du bon travail.


Bon courage et à bientôt.


Amitiés du Canada !


 






Répondre
Z


Merci de ton commentaire, je serais ravie de partager mes infos avec toi si tu veux, les généralistes peuvent aussi te suivre tu sais, tu peux aussi aller à l'hôpital, en tout cas en France, au
Quebec je ne sais pas...


Que prends tu comme traitement ? Il en existe beaucoup maintenant...


Si tu veux tu peux aussi rejoindre la communauté polyarthrite myasthénie que je gère...


En effet, la pr est parfois associée à d'autre maladies auto immun, sutout le syndrôme sec, moi j'ai ces deux là plus une myasthénie, le top !


A bientôt j'espère ! Merci pour le compliment !



R


Ne plus souffrir c'est ce que ces malades demandent lors des crises aigues , maladie handicapante , lourde à gérer et malheureusement cela joue sur le reste de
l'organisme, bon courage Zapi , bisous, Romantic.



Répondre
Z


Merci, bisous



E


tu fais peut-être l'arthrose cervicale. J'ai eu une poussée une fois, je m'arrachais les cheveux tellement que ça faisait mal.
A l'hôpital, ouais, les perfs sont dures à poser. Moi aussi, j'y ai le droit pour les bleus. Sutout, quand il pique, il te pose le collant mais pas de chance le liquide passe pas alors on
défait tout et on repique ailleurs et ainsi de suite.
Putain de maladie, tout ce que l'on est obligé de supporter à cause d'elle.
Je reviens de chez le médecin car j'ai attrapé un coup de froid et pas d'hésitation, antibiotique.
Bon courage à toi.
Bisous



Répondre
Z


Bon courage à toi aussi, il en faut ! Bisous



E


j'ai posé ma candidature sur le site genhotel mais faut que je prévienne ma rhumato avant de concrétiser. Si ça peut faire avancer les recherches mais j'espère bientôt être soigné sous
biothérapie. Une piqure toute les semaines, j'en ai marre celà fait un peu plus de dix ans et à force de piquer, j'ai des noeuds et ça devient de plus en plus douleureux. Heureusement, avec les
infirmières ont rigoles bien et ça détend.
Bisous



Répondre
Z


J'espère que ça marchera pour toi...Moi je peux pas essayer grand chose car j'ai trop de soucis avec mon immunité qui me donne infections sur infections, je suis trop fragile et trop
fatiguée...M'en parles pas des piqures, j'ai été hospitalisée 2 jours, l'infirmière n'arrivait pas à poser la perf
tant mes veines sont esquintées, j'en ai une qui a carrément pété et un hématome énorme sur la main, plus les bleus sur l'autre bras, plus le collier cervical en ce moment tant j'ai mal au cou,
on dirait que j'ai eu un accident ou qu'on m'a passée à tabac Courage, bisous



Articles récents

Hébergé par Overblog